post

Streetwear – 30 ans de swagg

Depuis ses origines dans le workwear américain, en passant par les subcultures de la côte Ouest, les sports extrêmes et la commercialisation de tout ca, le streetwear est devenu à la mode dans le sillon du hip-hop et de la musique urbaine. Un phénomène mondial qui intégre les codes culturels du vêtement, les meilleurs conceptions graphiques, et le développement de marques par les acteurs du mouvement,le succès du streetwear tient avant tout au fait qu’il s’est développé par les gens proches de la culture qu’il représente. Pendant les années 80s, on voyait des choses assez remarquables au sens propres, mais c’était l’essence même du hip hop.

Mode Fluo hip hop

Aaah.. le fluo. Nos jeunes lecteurs se demanderont si ca pouvait vraiment être swagg.

Mode Hip hop annees 80
Will Smith – Swagg des annees 80

Les marques de streetwear ont été influentes au-delà de la sphère de la mode, bâtits non pas par les géants du marketing mais par des entreprises ayant pour seuls buts de fournir aux clients ce que elles mêmes considèrent en première ligne de la mode. En a suivi un underground touchant l’art, la publicité, la musique et les interieurs les ammenant à se mesurer et s’identifier aux marques les plus préstigieuses, faisant du hip hop un monde culturel global à lui tout seul. Les années 90 ont été tout aussi provocatrice à leur facons, avec plus de jogging et de sportswear, et moins de fluo :(

Jogging et Ghetto Blaster.. 90s ou pas 90s?

Jogging et Ghetto Blaster.. 90s ou pas 90s?

Mode Hip Hop des annees 90s

Mode Hip Hop des annees 90s

Derrière les marques, on trouve des entrepreneurs, des artistes de graff, des DJs, des dingues de sneakers, des surfeurs,.. en quelques mots, des spécialistes de leur sujet, de leur culture, et c’est ca qui donne au streetwear l’identité dans laquelle les jeunes (et moins jeunes) d’aujourd’hui se retrouvent. Constamment en mouvement comme son parrain musical, le streetwear a gardé les éléments fondamentaux, tout en brisant les règles traditionnelles, et c’est ca qui fait son succès aujourd’hui.

Aujourd’hui, le streetwear semble une fois de plus changer de direction, avec des designs et des sponsors plutôt tournés vers les marques de luxe et classiques. On retrouve cependant toujours le bling, mais moins de Kangol et encore moins de fluo.

Rick ross - 2012 hip hop fashion

Rick Ross – Big Boss style

2012 Hip Hop Fashion

Streetwear 2012 Hip Hop

De la casquette aux chaussures, chacun apporte sa touche, sa personalisation, sa collection, et c’est pour ca que le hip hop et le streetwear sont toujours aussi apprécié et continuent à inspirer génération après génération depuis plus de 30 ans… Longue vie au streetwear!

-GiorgioB-

Gilets de Costume et Cravates – Les Fautes de Goût à ne pas commettre

Messieurs,

En tant que simple observateurs de la mode masculine au jour le jour, il se produit souvent chez nous des impressions de « tomber » (dans tous les sens du terme) sur des fautes de goûts plutôt terribles qui du coup viennent, dû à certains petits détails qui sont pourtant plutôt faciles à corriger, véritablement « gâcher» la grâce de tenues au potentiel stylistique considérable.

Je profite donc de l’inondation – assez heureuse au demeurant – de photos de tous styles sur le web pour présenter ci-bas quelques notions de base qui pourront j’espère vous être utiles.

Bien sur, je ne veux pas imposer certains impératifs, mais plutôt indiquer notre philosophie : « First understand the rules, then break them » (d’abord comprenez les règles, avant de commencer à les briser… mais en suivant ces étapes !)

Voici donc quelques photos très illustrées dont la première est un cas typique : costume magnifique, chemise et cravate superbes, homme bien chic au physique irréprochable cependant… un raccord entre le col chemise et le col de veste au niveau du cou vraiment catastrophique ! Ne pas laisser d’espace entre le col de chemise et celui de la veste semble être notre première règle de base.

 

Seconde erreur très courante, elle consiste à laisser dépasser sa ceinture sous son gilet de costume. Le principe, là encore, est très facile : ne JAMAIS laisser voir sa boucle de ceinture sous son gilet. Personellement, je ne met même que très rarement une ceinture avec un costume trois pièces. Deux exemples ci-dessous, dont le premier est particulièrement désastreux…

 

Une autre faute répandue chez beaucoup d’hommes est de se vêtir avec des articles trop large, voire BEAUCOUP trop large. Et le plus terrible dans ces cas c’est que des fois ils font cette erreur avec des costumes très élégants (ce qui montre encore une fois l’inaptitude assez courante des vendeurs en magasin). Un exemple parfois ici :

Autre erreur malheureusement aussi répandue (qui démontre au passage que nous avons toujours un travail enorme à faire) : l’alliance de motifs de tailles semblables. Le concept est pourtant très simple : quand vous mélangez plusieurs motifs semblabes (carreaux, rayures), faites bien attention à ce que ces derniers soient d’échelles variables et certainement pas de la même taille comme dans la catastrophe visuelle ci-bas :


Pour finir, depuis le retour à la mode des mouchoirs et autres foulards, nos yeux sont régulièrement traumatisès par des pliages plus qu’invraisemblables quand ils ne frôlent pas la dèrision…

 


Donc, Messieurs, veillez à bien faire vos devoirs avant d’enfiler votre costume cravate, un vrai gentleman est contraint de se vêtir comme tel!

 

-GiorgioB-