Gangs stories and style

Les média nous martèlent de faits divers pour nous amener à conclure que, décidément, «la violence n’a jamais été aussi présente autour de nous»… «Les jeunes n’ont plus de limites»… «Les filles s’y mettent»….

Mais la violence a toujours existé. Régentée par les codes de l’honneur masculine, elle n’a pas toujours eu les mêmes manières de s’exprimer allant du duel aux combats à l’arme blanche dans des lieux collectifs. Autant de formes que d’époques. Elle a perdu sa place par la dévaluation en occident de la brutalité jusqu’à devenir un tabou dans les rapports humains. Si elle faisait partie des scènes du quotidien au Moyen Age avec les pendaison sur la place publique, aujourd’hui on s’inquiète d’avantage de la violence dans la sphère domestique. Cependant, la violence s’organise régulièrement autour de gangs. Et personne n’est épargné. Le documentaire «La Vida Loca» donne une aperçu des gangs del Salvador, tandis que «Gamorra» témoigne de la violence du crime organisé en Italie du Sud. Yan Morvan et Kizo ont sorti un livre sous forme d’album photos, Gangs Story, qui répertorie différents gangs avec des photos intimes. Quant aux protagonistes de «La guerre des boutons», ne sont ils pas simplement de jeunes délinquants qui auraient aujourd’hui fini au tribunal? «Foxfire» de Laurent Cantet expose la violence vécue par de jeunes filles qui s’emparent de leurs destins en se vengeant contre leurs agresseurs.

L’habit fait le moine et l’accoutrement contribue au mythe. Le caïd, le voyou, le marginal, le leader, le gang… tous portent un vêtement traduisant leur position dans la société: le blouson en cuir, le costard, la boucle d’oreille, la casquette, le foulard, le jeans moulant, le hoodie. La liste est longue, mais c’est un moyen temporel et matériel de se reconnaitre, d’inclure et d’exclure de la culture de cet univers particulier. Chacun son gang, chacun son style.

La violence serait elle fascinante?

2013, c’est le pied!

Sachez le, 2013 c’est le pied!!
Qu’avez vous laisser en 2012? L’année commence et comment allez vous marquer 2013? Et bien… Foulez le sol, rien que ça! Si, si, c’est déjà énorme, faites moi confiance. Des médecines douces vont même jusqu’à s’intéresser à vos pieds uniquement, pour desceller ce que signifie votre manière de fouler le sol… Quelle empreinte vous laissez sur le bitume?… Et comment ce dernier vous impact. A la vue de l’empreinte de cet impact, on peut interpréter des traits de caractère et comprendre qui vous êtes. On peut lire sur les lignes de la plante des pieds un peu de votre jardin secret, de vos névroses, de vos psychoses, de vos douleurs…
Les pieds en Asie sont considérés comme une partie du corps très peu noble. On évite de toucher avec son pied quoi que ce soit. Et la tête, partie la plus proche du ciel, est sacrée.
Mais les pieds sont quand même ce qui nous attache à la terre et nous rattrape quand on «perd la tête». Les pieds sont notre contact avec la mère nature. On peut avancer «de pied ferme» une fois guéri ou «sur pieds».
Un magazine (shoes-up, http://shoes-up.com/blog/) se consacre entièrement aux chaussures et vous pouvez trouver un large choix de pompes… A vous de voir ou de savoir: des mocassins, des chaussures de sport, des bottes craft ou patchwork, un style moutain ou sporty mountain, duck feet ou shark teeth, platforms ou à pois, top stitch ou skate mid… à moins que vous vouliez simplement courir…
«Etre bien dans ses baskets» c’est quand meme pas mal non?